À Proust le liège, à Hugo le feutre !

Categories Hauteville
Hauteville House : vue de l'escalier vers le 2ème étage. © Philippe Ladet / Maisons de Victor Hugo / Roger-Viollet

Si Marcel Proust a tapissé sa chambre de liège, Victor Hugo a largement utilisé une autre matière isolante à Hauteville House : le feutre. Celui-ci était imprimé de motifs floraux et on en repère trois différents, depuis l’atelier jusqu’au look-out mais principalement dans l’escalier dont il recouvrait à l’origine toute la paroi mais aussi la rampe !

Plus résistants que les soieries, ces feutres ont relativement bien résisté au temps  et la plus grande partie est encore en place. Cependant, aux endroits les plus exposés où lorsqu’ils étaient employés en rideaux, ils ont subi une usure irrémédiable et ont aujourd’hui disparu : sur la rampe et au bas du mur de l’escalier, sur les divans et bien sûr dans le look-out.

Restituer ces parties manquantes est un des enjeux majeurs des restaurations d’Hauteville House afin de retrouver dans son intégralité et sa continuité le décor conçu par Hugo.

Seulement, ces feutres imprimés ne se produisent plus !

En recréer à l’identique serait très coûteux et poserait des problèmes de raccord entre les parties neuves et les parties anciennes, patinées et encrassées. Aussi, comme nous l’avons déjà fait pour la restitution des trois segments de la tapisserie des scènes de la vie de la Vierge, dans la galerie de chêne, le procédé envisagé – et déjà à l’étude – est de

recourir à l’impression numérique à partir de photographies prises des éléments en place, sur des rouleaux de feutre industriel.

Le fumoir-atelier à Hauteville House, rez-de-chaussée. Photographie anonyme. Epreuve sur papier albuminé. fin XIXème siècle. Paris, Maison de Victor Hugo. Dimensions: 15 x 20 cm

 

L’atelier dans son état d’origine : le feutre imprimé couvre le canapé, tapisse la partie haute des murs et forme le rideau que l’on devine, à gauche. Un pan sert à occulter la lumière sur la porte du laboratoire photographique, à droite.

 

 

 

 

Hauteville House : vue de l'escalier vers le 2ème étage. © Philippe Ladet / Maisons de Victor Hugo / Roger-Viollet
Hauteville House : vue de l’escalier vers le 2ème étage. © Philippe Ladet / Maisons de Victor Hugo / Roger-Viollet

 

 

Le départ de l’escalier, avec le feutre imprimé à motif de grosses fleurs et feuillages à dominante brune. À l’origine, il couvrait tout le mur jusqu’aux marches et enveloppait la balustrade.

 

 

 

 

 

Photographie d’Edmond Bacot (1814-1975). Tirage sur papier albuminé. 1862. Paris, Maison de Victor Hugo. Dimensions: 8,2 x 6,2 cm
Photographie d’Edmond Bacot (1814-1975). Tirage sur papier albuminé. 1862. Paris, Maison de Victor Hugo. Dimensions: 8,2 x 6,2 cm

 

L’antichambre du look-out, premier cabinet de travail de Victor Hugo (où fut écrit Les Misérables) dans son état original, avec le feutre imprimé recouvrant les murs et les canapés.

 

 

 

 

 

 

 

 

Victor Hugo dans le look-out à Hauteville House. Photographie d’André. Papier albuminé. Paris, Maison de Victor Hugo. Dimensions: 14,5 x 10,2 cm

 

 

 

Victor Hugo, photographié par André en 1878, lors de son dernier séjour, dans le look-out, devant le lambrequin et le rideau de feutre imprimé du même motif que celui de l’atelier.

 

 

 

 

 

 

« Aimer, c’est agir » disait Hugo. Aidez-nous à rassembler la somme nécessaire pour restaurer pièce par pièce l’œuvre architecturale de l’écrivain : faites un don.