Quelle est la couleur du Salon rouge de Victor Hugo?

Categories Hauteville

Ne répondez pas trop vite ! La restauration du Salon rouge d’Hauteville a réclamé une véritable enquête policière.

La soie s’use naturellement et le damas tapissant les murs et les meubles du salon a dû être renouvelée au moins trois fois. Hélas aucun échantillon du tissage d’origine n’a été conservé.

Le problème le plus simple était celui du motif. Les photographies anciennes permettent d’en identifier deux : un premier pour le tissu des murs et du plafond, un second pour les socles, dessinés par Hugo pour la cheminée et les torchères. La tapisserie avait été refaite dans les années 80 avec un seul motif, proche de la tenture murale, mais qui perdait l’aspect spectaculaire du premier damas dont le dessin était particulièrement développé sur une hauteur de trois mètres ! Interrogée, l’archiviste de la Maison Pierre Frey a retrouvé ce dessin d’origine dans les collections du groupe, permettant ainsi de le retisser à l’identique. Elle a aussi identifié un dessin proche de celui de la cheminée.

motif d’origine identifié chez Pierre Frey © Maison Victor Hugo

Restait le problème plus délicat de la couleur. Les sources écrites, comme le livre de Charles Hugo, parlent d’un « damas cramoisi », mais le doute a été soulevé par la découverte sous une baguette du plafond, d’un minuscule fragment rouge et or, que l’on trouve aussi au revers de l’écran de cheminée ! Cela pouvait avoir sa logique l’harmonie chromatique de la pièce ayant été définie par Hugo, d’après les portes chinoises de laque rouge et or.

Anonyme. Hauteville House, le salon bleu (avec la table aux quatre encriers) vue du salon rouge, 1er étage. Epreuve sur papier albuminé. Avant 1902. Paris, Maison de Victor Hugo. Dimensions : 24 x 30 cm
Identification du 2e motif © Bacot

Finalement, il a été décidé de suivre les sources écrites et d’opter pour un damas ton sur ton rouge sombre pour les murs tandis que le motif destiné aux socles serait tissé en rouge et or, suivant les échantillons retrouvés sur l’écran de cheminée et correspondant bien à ce motif.

« Aimer, c’est agir » disait Hugo. Aidez-nous à rassembler la somme nécessaire pour restaurer pièce par pièce l’œuvre architecturale de l’écrivain : faites un don.